Belgique - Organisation du transport public terrestre
Organisation institutionnelle de l'Etat
La Belgique est une monarchie constitutionnelle dotée de deux communautés linguistiques et des trois régions administratives aux compétences de plus en plus élargies. Jusqu'à ce jour, le pays a décentralisé la totalité des transports publics à l'exception des chemins de fer.

La notion de service public en transport
Selon les définitions du rôle de l'Etat, en Belgique,  le service public fonctionnel est considéré comme tel dès le moment où il est créé pour pourvoir à un besoin social réputé d’intérêt public et qui peut à cette fin imposer des décisions unilatérales. Les services publics seront généralement soumis au contrôle des pouvoirs publics (concession, agrément …).
Le législateur a créé le statut d'entreprise publique autonome par la loi du 21 mars 1991. Il introduit dans ce contexte une distinction au sein des activités des entreprises publiques autonomes entre les missions de service public et les activités exercées en concurrence (pour lesquelles l´autonomie de gestion est maximale). La loi redéfinit aussi les règles de tutelle et l´installation d´organes de gestion propres et indépendants et contraint les entreprises publiques autonomes à tenir compte des intérêts des usagers. Le contrat de gestion, conclu pour une durée de trois à cinq ans, précise les règles et conditions dans lesquelles l´entreprise exerce les missions de service public qui lui sont confiées par la loi.
La Belgique et l'Europe
La Belgique est un Etat membre de l'Union Européenne et applique, à ce titre, toutes les directives que l'Union émet. Cependant, la Belgique est un pays dirigé par une coalition, et la mise en œuvre de l'accord de gouvernement dans les administrations est une priorité plus sensible que la transposition des directives européennes.
Carte générale des transports terrestres voyageurs : la SNCB a le monopole sur les trois régions + le trafic transfrontalier vers Lille (avec SNCF sur Tournai-Lille), et le Grand Duché du Luxembourg. SNCF, CFL et NS sont les entreprises historiques des pays voisins qui gèrent en Belgique le trafic en coopération avec SNCB. Eurostar, Thalys et ICE International sont en revanche devenues peu à peu des sociétés à part entière. 
Le transport ferroviaire
Statut du personnel ferroviaire
Autres transports terrestres
La SNCB, créé en 1926, est l'opérateur national historique devenu au fil du temps une société anonyme de droit public (voir SNCB et Infrabel). La société a été éclatée en trois entités entre 2005 et 2013, pour revenir à une formule à deux entités en 2014 : SNCB et Infrabel. Une coupole gère le personnel des deux sociétés, sous forme d'un secrétariat social, HR Rail. en pratique : 
- Infrabel : est le gestionnaire d'infrastructure qui gère,  en monopole et au niveau national, le réseau ferroviaire au niveau technique et sécurité d'exploitation, mais ne gère aucune gare;
SNCB : gère en monopole le réseau ferroviaire au niveau du transport voyageur national, mais pas le transport international ni le transport de fret qui est libéralisé et soumis à la concurrence; SNCB gère également les gares et les facilités essentielles.
- HR Rail : est une coupole qui effectue la sélection du personnel ferroviaire, statutaire ou non, et le met à la disposition d'Infrabel et de la SNCB; HR Rail intervient en tant qu'employeur juridique de ce personnel.
Les agents SNCB et Infrabel sont régis par le statut du personnel et la réglementation résultant de l'application de celui-ci. Le statut du personnel ferroviaire stipule que les devoirs et obligations de ces agents sont fixés par des règlements généraux et des instructions spéciales. Infrabel et la SNCB ne sont pas l'employeur juridique du personnel qui est mis à leur disposition; elles doivent être considérées comme l'employeur de fait de ce personnel étant donné qu'elles exercent l'autorité patronale exclusive sur ce personnel.
Tous les détails juridiques à ce lien
Les transports urbains et ruraux par bus, tram et métro sont tous sous tutelle d'une des trois régions depuis 1989. Ces sociétés ont repris la totalité des services de bus vicinaux ainsi que les services bus de la SNCB : 
- le TEC a l'exclusivité des transports de la région wallonne, au sud du pays; c'est aussi le TEC qui gère la région des Cantons de l'Est de langue allemande (Eupen, Malmédy, St Vith...). Le TEC ont procédé à une déléga-tion de service public partielle en province du Luxem-bourg (bus privés sous logo TEC).
- De Lijn a l'exclusivité des transports de la région flamande, au nord du pays, y inclus les trois réseaux de tram (Gand, Anvers et la Côte)
- la STIB (créée en 1954) a l'exclusivité des transports de la région bruxelloise, à savoir les 19 communes. De Lijn et TEC pénètre partiellement en territoire bruxellois.

Le transport par bus interurbains n'est libéralisé qu'à l'international, de même que les bus scolaires destinés à une mission bien définie.


Degré de libéralisation
- trains intérieurs : nul. SNCB en monopole sur tout le territoire national; pas de sociétés régionales.
- trains internationaux : libéralisé depuis 2010. mais présence des sociétés historiques des pays voisins ainsi que de sociétés en propre telles Thalys, Eurostar... 
- trains de fret: libéralisé depuis mars 2003, une douzaine de sociétés actives sur le réseau Infrabel.