Fyra : est-ce encore du Benelux ?
A la lumière de ce qui précède, se pose la question de savoir si le train Benelux "troisième époque" mérite encore son appelation d'origine. Il faut pour cela regarder l'ensemble du projet normalement prévu : outre Amsterdam-Bruxelles, nous trouvons également de futurs Breda-Bruxelles et Den-Haag - Bruxelles. Une offre à priori surprenante tant les chiffres de fréquentation entre les deux pays ne sont pas ceux que beaucoup faisaient miroiter au début des années 90. La liaison exclusive avec Den Haag s'entend ici par sa gare centrale en cul de sac située en plein centre ville, alors que depuis toujours c'était la gare plus excentrée d'Hollands-Spoor  qui  bénéficiait  de toutes les liaisons bruxelloises, y compris les TEE et "corail" parisiens au temps de leur glorieuse époque.

L'heure de la compétition
La nouvelle grille de desserte prévue dès ce 09 décembre 2012 - présentée ci-contre - offre cependant des similitudes avec la desserte Thalys, ce qui pourrait laisser à penser à une concurrence de deux acteurs sur un même axe. Ce serait le second exemple en international après les ICE et Thalys sur Cologne-Bruxelles, auquel on peut ajouter l'exemple du duo italien Trenitalia et NTV Italo en com-pétition sur Milan-Bologne-Rome (2). L'Europe de la concurrence du rail se ferait-elle ainsi à petits pas ? L'avenir nous le dira. Toujours est-il que NS Hispeed est bel et bien le gérant de tous les "produits internationaux" du groupe fer-roviaire NS,  incluant  donc Thalys et ICE.

Une image, un produit, un public
Les premiers horaires Fyra sur Amsterdam-Bruxelles et surtout tarifs ont été essaimés dans les médias dès octobre 2012. On notait, par démenti interposé, qu'un aller simple pouvait être acquit à 25,00 en "super saver", contre 40,00 sur l'actuel Benelux par rame tractée. Il ne fait aucun doute que le gain de 45 minutes, ramenant le trajet entre les deux villes à pile deux heures, devra être compensé. C'en est fini du tarif administratif fixé pour toute l'année, bienvenue au "yield management" déjà bien présent sur la tarification Thalys. Courant 2012, des tests techniques et d'initiation conducteurs étainet entamés avec nouvelles rames Ansaldo-Breda.
Qui perd, qui gagne ?
La préannonce des horaires fait entrevoir le futur de la desserte Be-nelux par Fyra et fera les choux gras des contestataires. Les colonnes "Thalys 2012" et "Fyra 2013" font bien apparaître leur simili-tude, Fyra desservant encore la gare de Bruxelles Central par rap-port à Thalys. Les villes de Dordrecht, Roosendaal et Malines deviennent les perdantes. Encore que cette dernière se rattraperait peut-être avec les liaisons prévues avec Den-Haag et Breda. Mais la crise étant passée par là, une passe d'arme était encore en cours à l'automne 2012 entre les deux ministres des Transports néér-landais et des Entreprises Publiques belge. Motif : l'absence de moyens financiers pour les dessertes de Breda et Den Haag. On peut d'ailleurs s'interroger si les 19 rames V250 prévues - réserve incluse - pourront suffire à couvrir la totalité du service Fyra si on rajoute la desserte intérieure néerlandaise Amsterdam CS-Breda...

Le personnel de conduite
Des changements auront lieux sur ce thème aussi car auparavant, l'exploitation par le cadre des con-ducteurs faisait appel à des néerlan-dais descendant jusqu'à Bruxelles complétés par des belges ne dépassant jamais Roosendaal. Cette dernière gare n'étant plus desservie, verra-t-on des belges poursuivre outre-moerdijk dans un de ces savants équilibres compen-satoires très en vogue dans le service public ?
Fyra NSHispeed SNCB/NMBS
En haut, comparaison des services 1986-2012-2013 et ci-dessus, l'annonce sur le site SNCB-Europe
(2) Voir la chronique de Mediarail.be consacrée à l'Italie