Tout en Traxx
A la rénovation à cadence soutenue des voitures ICR 3, conjuguée à la non-reconduction de la réversibilité devenue inutile vu l'arrivée des rames Ansaldo-Breda, s'ajoutait la composition renforcée de six à sept voitures par rames ainsi que le souhait de la SNCB d'extirper les locomotives de la série 11 dont l'essouflement devenait manifeste. Tout cela engendra un bouleversement de l'exploitation du service.

L'élément le plus visible est sans conteste le changement de traction : NS Hispeed disposait de son propre parc de Traxx affublé de la nouvelle livrée Fyra et dotée de l'ETCS 1. La SNCB, elle, disposait auprès de l'ex Angel Train d'un parc de Traxx numéroté en série 28 et 29, mais conservant  toutes  la livrée du propriétaire : 

L'implantation de l'ETCS fut aussi une autre épopée que connurent les Pays-Bas. En effet, la fameuse "Betuwelijn" était déjà en service mais les versions produites du logiciel ERTMS se succèdaient à cadences rapprochées et donnaient du fil à retordre à la mise en place du réseau à grande vitesse. Les futures rames Ansaldo Breda furent in fine équipées de la version 2.3.0...en attendant la suivante.

Le 7 septembre 2009, Fyra démarre un tout premier service cadencé entre Amsterdam-CS et Rotterdam-CS, ayant les particularités suivantes : circulation intérieure sur LGV à seulement 160km/h vu l'application de l'ETCS 1; rames de voitures ICRm et traction par Traxx. Pas de réversibilité et changement de front à Rotterdam. Et le train Benelux ?
HLE 2802 Traxx NMBS Rotterdam-Lombardijen
HLE 2835 SNCB avec voitures ÖBB
C'est écrit dans le contrat : les NS fournissent les voitures, la SNCB la traction. A partir de 2010, les HLE série 12 s'effacent progressivement au profit des Traxx série 28 de la SNCB. Passage de la 2802 - avec le matricule placé sur le côté de la machine - en tête d'une composition 100% "Prio" dont le nombre de véhicules est passé de six à sept (Rotterdam-Lombardijen, le 09 octobre 2010 - photo Fermon Bosman)