Le réseau Eurostar à ses débuts
     Attention : ces pages ne sont pas le site officiel d'Eurostar

Eliminons d’emblée une contradiction souvent constatée : Eurostar est un train à grande vitesse qui n’a aucun lien avec Eurotunnel, le propriétaire du tunnel éponyme. Eurostar ne fait qu’emprunter l’ouvrage d’art moyennant une redevance salée. La liaison sous la Manche permet ainsi de joindre Paris et Bruxelles à Londres sans devoir prendre un quelconque ferry. 
La Grande-Bretagne arrimée au Continent 
L’idée de rejoindre la Grande-Bretagne par train remonte très loin mais ce n’est qu’en 1986 que fût prise à Lille la décision formelle de construire un tunnel bitube géré par un concessionnaire privé, Eurotunnel. Ce dernier gère son propre trafic de navettes entre les deux extrémités du tunnel, d’où la confusion évoquée plus haut. Mais Eurotunnel loue aussi des capacités de trafic – voyageurs et marchandises - via son tunnel entre la France et la Grande-Bretagne, à l’intention de tiers. En l’occurrence, non seulement la SNCF ou un privé anglais, mais quiconque disposant de la licence requise. Eurostar bénéficie ainsi des capacités louées par Eurotunnel. La société a été créée par les trois sociétés de service public SNCB, SNCF et, à l’époque, British Rail. C’est la seule société disposant en 1994 du matériel à grande vitesse construit sur base du TGV Alstom mais adapté au gabarit britannique plus restrictif, et compatible avec les normes sécuritaires drastiques du tunnel sous la Manche. 
 Les liaisons Transmanche 
Les détails sont fournis ci-contre. Grâce à ses TGV, Eurostar peut emprunter toutes les lignes à grande vitesse disponibles tant sur le Continent qu’au Royaume-Uni. Pour ce faire, Eurostar bénéficie des lignes construites dans le cadre du TGV-Nord sur lesquelles circulent des Thalys et des TGV-Réseau. La LN3 française, prolongée jusqu’à Calais-Frethun, donne accès directement au tunnel sous la Manche. Ce fût la première à être mise enservice, en 1993. Ensuite, le tronçon belge L1 fût inauguré en 1997, mais du côté britannique, aucune ligne ne se présentait autres que le vieux réseau du Kent (dessiné en rouge). Ce dernier est, à l’image du métro, électrifié en 750V DC par troisième rail, imposant au train Eurostar :  
1) de disposer d’un patin de réception du courant au pied des bogies moteurs ; 
2) de présenter un profil de caisse au gabarit britannique typique, assez ramassé ; 
3) d’être doté des systèmes de signalisation typiques du réseau de British Rail. 
Jusqu’en 2007, Eurostar n’a circulé que sur les seules lignes classiques du Kent, aboutissant à Waterloo-Station partiel-lement reconstruite. En 2003, un 1er tronçon de la CTRL1 était cependant déjà mis en service et permettait de joindre la gare d’Ashford – également reconstruite – avant de reprendre la ligne classique à 750V. L’aboutissement de la grande vitesse intégrale eut lieu par un basculement majeur en novembre 2011, avec la mise en service du second tronçon de la CTRL1, mais qui abouti cette fois à la gare de St Pancras, voisine immédiate de celle de King-Cross. Les TGV Eurostar peuvent ainsi faire de la vitesse de bout  en  bout et  donner  
© Mediarail.be
correspondance immédiate au trafic intérieur vers le nord du  Royaume-Uni. Londresest dorénavant connecté à 1h53 de Bruxelles-Midi et et 2h16 de Paris-Nord grâce aux LGV (en bleu sur le schéma). La gare de London Waterloo Station n’est désormais plus desservie mais les anciennes voies Eurostar et le terminal sont maintenant dédiés au trafic intérieur. 

Reconfigurer Londres 
En parallèle, tout le nord-est de Londres subissait d’énormes travaux urbanistiques pour, d’une part les jeux Olympiques de 2012, et d’autre part pour revitaliser cette région industrielle glauque de la Tamise. La gare d’Ebbsfleet a été ainsi construite en prévision d’un nouveau quartier d’affaire. Par ailleurs, avant St Pancras, un pôle d’échange TGV/train/bus/métro fût crée au milieu du tunnel de Stratford dans l’optique d’un arrêt des TGV Transmanche évitant St Pancras, en bifurquant vers Birmingham et Manchester. Une perspective qui n’avait pas encore lieu d’être en 2013 alors qu’aucun Eurostar ne s’y arrêtait.