Les nouvelles entreprises ferroviaires
News  Mediarail.be
Hier
La réforme ferroviaire via les directives de l'Europe, et la libéralisation progressive du secteur ferroviaire, a entraîné l'apparition de nouvelles entreprises ferroviaires. C'est l'un des effets bénéfiques de la réforme. Sont définies nouvelles entreprises ferroviaires celles qui sont nées récemment et qui n'ont pas pour actionnaire l'Etat, du moins en majorité. Pourquoi cette distinction ? Parce que le chemin de fer a pour définition, dans l'esprit de beaucoup de gens, de compagnies de chemin de fer étatiques qui vécurent tout le XXème sous le monopole et la tutelle de l'Etat. Des générations entières de voyageurs et d'industriels n'ont connu que ce chemin de fer là, n'imaginant pas qu'il puisse en exister un autre. C'est pourtant ce que l'Europe a voulu, avec la complicité tacite des Etats mais qui ne le crient pas trop fort.

Les nouvelles sociétés qui sont apparues depuis le milieu des années 1990 peuvent être divisées en quatre catégories d'acteurs : 
Aujourd'hui
Les loueurs de matériel de traction
Les opérateurs logistiques sans traction
A ne pas confondre avec les loueurs de wagons de marchandises, qui existent, eux, depuis longtemps. La location de matériel de traction est clairement une idée britannique puisque dès la privatisation de l'ancienne compagnie ferroviaire British Rail, le matériel roulant fût vendu à des 'Rosco' (Rolling stock operating company). Le principal métier de ces sociétés privées est le leasing de matériel roulant pour le compte de n'importe quelle entreprise ferroviaire autorisée (EF), qui peut aller de quelques semaines à plusieurs années ou davantage. Ces sociétés ont généralement pour actionnaires des banques et/ou des fonds d'investissement. Une locomotive peut se louer jusqu'à 30 à 40.000 € par mois, sans le personnel. Le loueur est tenu responsable de l'entretien du matériel roulant, qu'il effectue dans un atelier en sous-traitance ou auprès d'un atelier du constructeur.
Un point important est l'autorisation de mise en circulation du matériel roulant sur le réseau national, qui est à charge du loueur.

Quelques loueurs : 
Porterbrook (UK, Derby) 1500 wagons, 74 locomotives
Angel Train (UK, Londres) 4300 véhicules
Alpha Train Europa (DE, Cologne) ?
Railpool (DE, Munich) 150 locomotives
Mitsui Rail Capital Europe MRCE (NL + DE)
Ascendos Rail Leasing (Luxembourg, Londres,...)
Akiem (SNCF)
Ces sociétés offrent des services de transports ferroviaires mais ne disposent pas de moyens de traction. Beaucoup datent des années 1970 à 1980, époque où elles n'avaient le choix de la traction autre que le service public national. C'était le cas de la totalité des entreprises de transport combiné et bien d'autres. Depuis la directive européenne 91/440, ces sociétés ont maintenant le choix du tractionnaire. De nouvelles entreprises sont nées dans les années 1990 et 2000, prouvant que la stratégie de revitalisation était la bonne.

Beaucoup de ces entreprises sont aujourd'hui partenaires ou actionnaires de sociétés de traction. Parmi ces entreprises, des opérateurs intermodaux : 
Hupac (IT, Chiasso) entreprise suisse !
Ambrogio (IT, Candiolo, Gallarate)
Kombiverkehr (DE, Francfort)
LKW Walter (AT, Wiener Neudorf)   
DSV (DK, Hedehusene) 
Samskip (NL, Rotterdam)
Ekol (TK, Sultanbeyli Istanbul)

L'autre versant est celui du transport voyageur. Certaines entreprises, assez rares il est vrai, n'ont pas de pôle traction et font appel aux services d'un opérateur fret qui fournit alors les seules prestations de traction. Ce fût le cas du hollandais EETC avait ses trains-autos-couchettes vers l'Italie.
Demain
Les opérateurs de fret avec traction
Les opérateurs de transports publics voyageurs
Ces sociétés offrent des services de traction de train avec personnel de conduite. Ces sociétés intéressent avant tout les EF qui veulent être débarrassées des activités la traction, qui est un métier particulier, notamment en ce qui concerne les certificats de circulation et l'embauche d'un personnel très spécifique. C'est le cas de nombreuses EF en transport intermodal, qui préfèrent se centrer sur leur coeur de métier : remplir des trains complets d'unités intermodales, sans devoir s'occuper de la locomotive et des conducteurs.

L'histoire récente de ces sociétés montrent que les principaux partenaires ne sont rien d'autres que leurs clients sans traction (Hupac, Kombiverkher,...). Certaines ont pour actionnaires des ports ou des acteurs portuaires spécialisés dans la manutention, comme à Hambourg.

Cela dit une bonne part de ces sociétés offrent leurs propres services ferroviaires sur mesure, dans des transports aléatoires comme les vracs (céréales, produits de carrière,...) ou le transport d'automobiles. Les OFP font partie de cette catégorie, qui étendent parfois leur prestations à l'entretien des wagons voire plus rarement à des activités d'entretien de l'infrastructure.

Quelques entreprises bien en vue : 
Rail Traction Company RTC (IT)
Crossrail (BE, Anvers)
BLogistics (BE, Anvers), privatisée depuis 2015
ERS (NL, Rotterdam)
ECR France (FR, Paris) filiale DB Cargo
Europorte (FR, Lille) filiale Eurotunnel
Metrans (DE, Hambourg) filiale de HHLA (port)
BoxXpress (DE, Hambourg)
TXLogistics (DE, Hambourg)
Hector Rail (SE, Danderyd)
.....
ainsi que tous les acteurs historiques du service public, comme chez SNCF, DB Schenker, CFF Cargo, RCA (Rail Cargo Austria des ÖBB), etc.
Il s'agit là aussi d'une activité qui fût à l'origine britannique, quand les services de voyageurs furent confiés dès 1994 à une kyrielle d'acteurs. Depuis, il y a eu consolidation et l'exemple britannique a fait des petits dans le reste de l'Europe.

Il faut distinguer ici aussi les purs 'players' ferroviaires des entreprises travaillant sous contrat pour une AOT. Certaines sont à activités multiples puisqu'elles gèrent non seulement le réseau ferré régional mais aussi les transports publics par bus, tram voire même métro. Parmi ces dernières, quatre entreprises émergent sur le marché européen des appels d'offre des trains régionaux : 
Arriva (filiale de la DB)
Keolis (filiale de la SNCF)
Veolia Transport (France)
Abellio (filiale des NS, Pays-Bas)

En dehors du service public ferroviaire pur (SNCB, SNCF, CFF, DB, Renfe, Trenitalia...), existent d'authentiques entreprises ferroviaires ne faisant que du train. Outre toutes les sociétés qui opèrent des franchises en Grande-Bretagne), on trouve en Europe des entreprises en 'open-access', depuis que la directive 2007/58/CE l'y autorise. C'est le cas de : 

- RegioJet et Leo Express (en Tchéquie)
- Westbahn (en Autriche)
- NTV-Italo (en Italie)
- Thello (Italie + France)
- MTR (en Suède)

Par ailleurs, certaines joint-venture entre compagnies historiques deviennent de plus en plus indépendantes : 
- Eurostar, depuis 2010 société de droit britannique
- Thalys, depuis mars 2015, entreprise à part entière.